Partager :

Interviews

Cauvin : « Mes neurones peuvent bien se reposer, non ? »

Publié le 30/04/2021

Après Lambil dans Spirou, c'est au tour de Raoul Cauvin de nous parler du tome 64 des Tuniques Bleues  : "Où est donc Arabesque ?" Un album un peu particulier, puisqu'il s'agira du tout dernier signé Cauvin...

Image
 
Body

"Où est donc Arabesque ?" sera ton dernier Tuniques Bleues...

J'avoue que ce dernier album me rend assez cafardeux. Mais je ne pouvais pas continuer Les Tuniques Bleues. J'étais à court d'idées. J'avais peur de faire des albums qui ne colleraient plus trop à la réalité. Jusqu'ici j'étais bien resté dans les normes, j'étais content de moi. J'aurais voulu que ça continue... Mes neurones en ont décidé autrement. Je ne leur en veux pas. Ils ont beaucoup travaillé, les pauvres. Ils peuvent se reposer aussi, non ?

Arabesque, la jument de Blutch, est au centre de cet album. Te rappelles-tu comment elle est née ?

Un jour, j'ai entendu "arabesque", je ne sais plus dans quelles circonstances. Mais comme il me plaisait bien, je l'ai collé sur le dos du cheval de Blutch, c'est aussi simple que ça. J'ignore encore pourquoi, mais, à l'époque, je trouvais que les noms de "Blutch" et "Arabesque" sonnaient très bien ensemble !

Arabesque

Arabesque est une monture exceptionnelle, qui fait la morte afin d'éviter de charger...

Cette idée m'est venue lors d'une de mes fameuses séances de réflexion sur divan ! La problématique était la suivante : Blutch avait une sainte horreur de risquer sa peau lors des affrontements. Mais comme il ne pouvait déserter, alors il devait s'inventer une échappatoire étonnante. Son seul allié ne pouvant être que son cheval, il a donc décidé de le dresser afin qu'il s'effondre au moindre coup de feu. Tout était logique, finalement !

Beaucoup de chevaux moururent, pendant la guerre de Sécession. Les conflits ultérieurs, plus "technologiques", les épargnèrent...

Malheureusement non. S'il est vrai que pendant la guerre de Sécession, les chevaux faisaient office de chair à canon, il en fut ainsi dans d'autres batailles beaucoup plus récentes. On peut par exemple parler de la charge de Krojanty, un affrontement entre l'Allemagne et la Pologne qui se déroula en 1939, au début de la Seconde Guerre mondiale. La cavalerie polonaise s'était trouvée opposée à des chars allemands. Des chevaux contre des blindés... Ce fut un terrible massacre.

Dans "Où est donc Arabesque ?", on sent tout l'attachement des soldats à leurs montures...

Tous ceux qui ont eu l'occasion d'avoir un animal à leurs côtés à un moment de leur existence s'y sont attachés. Chiens, chats, oiseaux, singes et j'en passe : il naît chaque fois une certaine complicité. C'est exactement pareil entre un cavalier et son cheval. Regardez Zorro ! (rires) Plus sérieusement, Blutch et Arabesque ne furent pas des cas isolés, pendant la guerre de Sécession, car les plus hauts gradés des deux camps avaient eux aussi de l'affection pour leurs montures ! Côté Nord, Grant avait Cincinnati, son cheval préféré. Côté Sud, Lee avait lui Traveller, sa monture mythique !

Ce 64e Tuniques Bleues est un vrai road movie, où sont particulièrement mis en valeur l'antagonisme entre Blutch et Chesterfield, mais aussi tes dialogues, identifiables entre tous !

L'antagonisme entre Blutch et Chesterfield... C'est la base de la série. Dans la BD, les héros solitaires comme Lucky Luke sont rares. Les personnages vont souvent par deux, chacun avec son tempérament et sa manière d'agir, que ce soit dans Bob Morane, Valhardi, Blake et Mortimer ou Tintin... Moi, j'ai composé mon duo avec un personnage fier de servir sous les armes et l'autre pas du tout. Quant à mes dialogues, je n'ai pas cherché à leur trouver un style particulier. Blutch et Chesterfield parlent et raisonnent comme moi. Comme monsieur Tout-le-monde.

Blutch, dans cet album, va beaucoup parler, mais aussi beaucoup cracher...

Effectivement, Blutch crachera beaucoup dans cet album, dès qu'il sera contrarié. Et les occasions ne vont pas manquer ! Cette idée m'est venue en regardant le foot à la télé. Quand les joueurs s'énervent, ils crachent. Alors, je me suis dit que Blutch pourrait en faire de même !

Blutch et Arabesque

 

Vous avez aimé cet article ?

Vous aimez cet article ! Merci !

1 commentaire

Membre Spirou.com
Prénom
Michel
MICHEL LALLEMA…
dim 02/05/2021 - 18:26

Bravo à toi Raoul pour ton travail exemplaire.
Tu peux être fier de toi en pensant à toutes ces personnes qui prennent tant de plaisir à te lire...

 

 

00:00 --:--